Félix Auger-Aliassime.

(98,5 sports) - Écrire que la finale du Challenger Banque Nationale, un autre succès cette année, aurait bien pu être la demi-finale de la veille est tout à fait juste.

Les organisateurs et les spectateurs ont été choyés pour avoir continué de remplir les gradins du Centre René-Verrier même au plus périlleux de la tempête, car ils ont eu le privilège de voir les champions juniors de Wimbledon et des Internationaux des États-Unis, soit Denis Shapovalov, 17 ans, et Félix Auger-Aliassime, 16 ans, s’affronter au carré d’as dans un tournoi d’hommes, bon nombre des joueurs internationaux étant dix ou douze ans leurs aînés.

Le match remporté 7-5 et 6-3 par Shapovalov a fait un grand gagnant, le public.

« COMME DES PROS »

Même si Milos Raonic est loin de la retraite à 26 ans, surtout si son grand corps cesse de casser de partout, les gens ont été témoins de la nouvelle vague du tennis canadien encore plus prometteuse que celle de Milos et de Vasek Pospisil, à leur époque.

Quant au duel, il a été super.

Au-delà du résultat, Shapovalov et Auger-Aliassime ont offert un calibre très élevé dans des conditions pas faciles sur le plan des émotions.

En plus d’être partenaires de double, ils sont des cochambreurs. C’est jeune pour bien doser le jeu et le comportement.

«Ils ont fait ça comme des pros», a dit Martin Laurendeau, capitaine du Canada à la Coupe Davis.

Tout aussi vrai comme commentaire avant, pendant et après la rencontre, ce qui n’est pas surprenant lorsqu’on connaît le travail et les valeurs de Martin et de Guillaume Marx, le mentor d’Auger-Aliassime. Ce sont des professeurs hors du commun en plus d’appartenir au club des parfaits gentilshommes du tennis et du sport en général.

Dans une conversation à la Coupe Davis à Ottawa, le mois passé, Jack Graham, membre émérite du comité canadien et directeur au conseil de la Fédération internationale, me mentionnait qu’avoir Martin à ses côtés « est la plus belle chose qui pouvait survenir à Denis ».

On renvoie le même compliment à Guillaume Marx pour sa besogne auprès d’Auger-Aliassime, vainqueur du Futures de Sherbrooke, la semaine précédente.

LE JUNIOR FAIT ÇA EN GRAND

Drummondville a eu droit à une deuxième tempête dimanche.

Quoique confronté à un rival de 12 ans son aîné, Shapovalov a littéralement soufflé Ruben Bemelmans en deux manches faciles de 6-3 et 6-2 pour conquérir le titre.

Le Belge affichait presque 80 rangs de moins que son jeune rival avec sa 154e place. Il fait aussi partie de l’équipe de la Coupe Davis de son pays.

Aussi vainqueur du Futures ITF de Gatineau, au début de mars, l’Ontarien de Richmond Hill empoche 10 800 $ à sa première finale du Circuit Challenger.

Il devient le plus jeune vainqueur d’un Challenger ATP, cette année, ce qui risque fort de se reproduire.

DES CHIFFRES SCINTILLANTS

Shapovalov a étiré sa séquence victorieuse à 13 matchs, en ne comptant pas son forfait en demi-finale à Sherbrooke en raison d’une gastro.

Auger-Aliassime avait une séquence de huit victoires avant de plier face à son ami.

UN TOUR DU SHAPOVALOV HISTORIQUE

Depuis la très lointaine présentation du Circuit Molson de jadis avec Per Hjertquist, Bud Schultz et le très jeune directeur de tournoi du nom de... Eugène Lapierre, jamais un circuit canadien n’aura été balayé avec un tel brio; Shapovalov (Gatineau et Drummondville) et Auger-Aliassime (Sherbrooke) ayant remporté tous les honneurs.

Cela comprend Raonic et Pospisil, qui étaient âgés de 19 ans lorsqu’ils ont causé leurs premières vagues chez les pros.

Il ne fait donc aucun doute que le tennis canadien se porte très bien.

BRAVO À LA PARTICIPATION ET À LA FAÇON DE RECEVOIR

Impossible de terminer ces très trois intéressantes semaines sans lever notre... tuque en hommage à tous les bénévoles, sans qui ce succès aurait été inexistant.

Même chose à l’égard de Richard Quirion, responsable des tournois de Tennis Canada.

Merci de montrer à la planète-tennis que le Québec sait bien recevoir... « le monde ».

À BIENTÔT POUR LES FILLES !

Mes espions m’apprennent qu’une très bonne nouvelle surviendra ces jours-ci au tennis féminin. On sera là pour vous informer, bien sûr.

Mario Brisebois